John 18 ans et son cabriolet tout neuf une Imperial Crown 1957 ...

Publié le 15.05.2012



       

Retour en 1957 lorsque John avait 18 ans, à cette époque il vient d'être diplômé à ce qu'on pourrait traduire en France par le baccalauréat. Pour le féliciter de son succès et pour faciliter sa future scolarité ses parents lui offrent une belle Chrysler convertible. Mais la jeunesse, l'insouciance de John fera qu'il se rendra au collège dans une simple Chevrolet 1955 ...

Je m'appelle John et je viens en cette année 1957 d'être diplômé à ce qu'on pourrait traduire en France par le baccalauréat. Je vis à Lake Tahoe, un endroit magnifique entre la Californie et le Nevada, c'est sûr ce n'est pas la banlieue de LA et mes voisins, comme ma famille, ne sont certainement pas à plaindre !

Le problème c'est que pour continuer mes études il me faut aller au "collège" et c'est pas à pieds que je vais m'y rendre ! Donc Dad' & Mom', pour me féliciter de mon succès et pour faciliter ma scolarité future se sont rendus avec moi chez Chrysler à Sacramento et je les ai convaincu de m'offrir un splendide cabriolet (c'est mieux pour séduire les filles ...) Imperial, d'un bleu aussi profond que les eaux du lac !

 

Il fallait fêter ça avec les "buddies" donc on s'est un peu saoulé avec de la gnole tout juste bonne à satisfaire quelques "rednecks" des collines aux alentours de Reno ...

On a aussi un peu joué et beaucoup perdu, pas grave après tout, l'année à l'université est déjà payée et faut bien que jeunesse se passe.

Mais bon, ils ne nous restent que quelques misérables $ et il faut songer à rentrer à la maison. Et ce n'est pas trop la highway mais plutôt des routes au profil cahotique et sinueux traversant des secteurs boisés.

Ah dommage..., pourquoi ne pas avoir rasé ces fichus pins, ça m'aurait évité d'aller y embrocher mon cabriolet tout neuf !

 

 


Papa était furax, maman aussi, ils m'ont contraint à me trimballer toute une année dans une Chevy ... d'occasion (enfin elle était de 55 et avait quand même un V8 et des vitres électriques). Après tout c'était que de la tôle, neuve OK, mais le designer, un nommé Exber, non Exner, il n'avait qu'à fabriquer des voitures plus résistantes ...

Papa n'a pas pu se résoudre à envoyer la voiture chez JWY (Joe's Wrecking Yard), même si son copain garagiste lui a dit que la Crown était "dead", châssis plié, capot, ailes H/S, radiateur, direction irrécupérables. Comme il devait changer son vieux canot, il a utilisé tout ce qu'il pouvait de ma voiture pour faire construire un incroyable "boat" mélangeant l'acajou au chrome.

 

 

Je ne lui en veux pas, personne sur le lac n'a un hors-bord comme celui-là : un V8 de 325 cv, un intérieur cuir en 2 tons de bleu, une capote électrique ! Qui a des déflecteurs et des vitres électriques sur son "Riva" ? Et qui pouvait nous suivre quand le 392 Hemi envoyait la purée : personne ...

 

 
 

 

Depuis beaucoup d'années ont passé, le bateau de Dad' ne navigue plus mais j'aime bien le voir, ça me rappelle mes années de "graduate" , ah nostalgie quand tu nous tiens ! 

Texte librement adapté par Philippe Courant, tiré de l'article de Dick Benjamin, un des piliers de l'Imperial Mailing List et décédé en 2011.

 

Article : par Dick Benjamin paru sur le site de l' Imperial Club,

Credit Photos : Tahoe Maritime Museum & Dick Benjamin. 

Tahoe Maritime Museum : Collection Highlights.

Denis Eveillard


Article précédent :



A la rencontre d'une Buick Super 4 portes et de sa vaillante propriétaire agée de 90 ans ...
Article suivant :



La merveilleuse histoire de la Ford Mustang ...
2 / 1969 - 1973


 
© 2010-2018 D. Eveillard - Tous droits réservés - Mentions légales