Comment Isaac Asimov voyait 2014 en 1964 ...
1 /

Publié le 15.09.2013



       

L’Exposition Universelle de New York de 1964 est consacrée à  « La paix par la compréhension » (NdT : Peace Through Understanding). L’aperà§u qu’elle donne du monde de demain écarte l’hypothèse d’une guerre nucléaire. Et pourquoi pas ? Si une telle guerre a lieu le futur ne mérite pas d’être évoqué. Laissons donc les missiles sommeiller éternellement dans leurs silos et observons ce qui pourrait advenir d’un monde qui ne serait pas atomisé.

Ce qui est à  venir, du moins au travers de la lunette de l ‘Exposition, est merveilleux. Le futur vers lequel l’Homme se dirige est vu avec un espoir plein d’entrain, nulle part mieux montré qu’au pavillon de la General Electric. Ici les spectateurs tourbillonnent parmi quatre scènes, chacune contenant des mannequins souriants, quasiment vivants, qui bougent et parlent avec une telle aisance que, pendant près d’une minute et demie, ils vous convainquent qu’ils le sont vraiment.

Ces scènes, qui se déroulent en 1900, 1920, 1940 et 1960, montrent les progrès des appareils électriques et les changements qu’ils apportent à  la vie quotidienne. J’y ai pris énormément de plaisir et je regrette seulement qu’ils n’en aient pas imaginé de semblables dans le futur. Que sera la vie, par exemple en 2014, dans 50 ans ? A quoi ressemblera l’Exposition Universelle de 2014 ?

Je ne sais pas, mais je peux essayer de deviner.

Une pensée qui me traverse l’esprit est que les hommes continueront à  fuir la nature pour créer un environnement plus à  leur convenance. D’ici 2014 les panneaux électroluminescents seront communément utilisés. Les murs et les plafonds brilleront doucement, dans une variété de teintes qui changera à  la pression d’un bouton. Les fenêtres seront devenues archaïques, et quand bien même présentes elles seront polarisées pour bloquer les rayons du soleil les plus durs. Le degré d’opacité du verre étant même fait pour varier automatiquement selon l’intensité de la lumière.

On trouve une maison souterraine à  l’Exposition qui semble être un signe du futur. Si ses fenêtres ne sont pas polarisées, elles peuvent en revanche changer le « paysage » en modifiant l’éclairage. Les maisons en périphérie des villes, avec variateur de température, air filtré, et contrôle de la lumière, seront monnaie courante, libérées ainsi des vicissitudes de la météo.

A l’Exposition Universelle de 2014, le « Futurama » de General Motors (NdT : attraction populaire réalisée par General Motors pour l’Exposition Universelle de 1939) présentera sans doute des visions de cités souterraines pleines de potagers sous lumière artificielle. La surface ainsi gagnée, expliquera General Motors, sera dédiée à  l’agriculture à  grande échelle, aux pâturages et parcs, avec moins d’espace gaspillé pour l’occupation humaine.

Des appareils continueront de soulager l’humanité des travaux fastidieux. Les cuisines seront conà§ues de manière à  préparer des « auto-repas », chauffant l’eau et la transformant en café ; grillant le pain et le bacon ; cuisant, pochant ou brouillant des oeufs, etc. Le petit-déjeuner sera « commandé » la veille afin d’être prêt à  l’heure spécifiée le lendemain matin.

Des repas et dîners entiers, avec des aliments semi-préparés, seront conservés au congélateur jusqu’au moment de leur préparation. Je soupà§onne, cependant, que même en 2014, il sera bon d’avoir un petit coin dans la cuisine où des repas plus individuels pourront être préparés à  la main, en particulier lorsque l’on reà§oit des invités.

 

En 2014 les robots ne seront ni courants ni très élaborés mais ils existeront. L’exposition IBM n’a pas de robots aujourd’hui mais elle est dédiée aux ordinateurs, qui sont montrés dans toute leur incroyable complexité, notamment dans la tâche de traduction du russe vers l’anglais. Si les machines sont si intelligentes aujourd’hui, qui sait ce qu’elles feront dans 50 ans ? Ce seront des ordinateurs beaucoup plus miniaturisés qu’aujourd’hui, qui serviront de « cerveaux » aux robots. L’une des principales attractions du pavillon IBM à  l’Exposition Universelle de 2014 pourrait être une femme de ménage robotique, gauche et grosse, bougeant lentement mais cependant capable de ramasser, ranger, nettoyer et manipuler divers appareils. Cela amusera sans aucun doute les visiteurs de disperser des débris sur le sol afin de voir cette ménagère robotique les enlever maladroitement et les classer entre « à  jeter » et « mettre de côté ». (Des robots jardiniers auront aussi fait leur apparition.)

General Electric à  l’Exposition Universelle de 2014 montrera des films en 3D de ses « Robots du Futur » élégants et profilés et ses appareils de ménage intégrés effectuant toutes les tâches promptement. (Il y aura une file d’attente de trois heures pour voir le film, il y a certaines choses qui ne changent jamais.)

Bien sûr les appareils de 2014 n’auront besoin d’aucun câble électrique. Ils seront alimentés par des batteries longue durée à  énergie nucléaire (radioisotope). Le combustible ne sera pas cher car il sera le sous-produit des centrales à  fission qui, en 2014, fourniront plus de la moitié des besoins énergétiques de l’humanité. Mais, une fois ces batteries à  isotopes épuisées, elles ne seront éliminées que par des agents autorisés par le fabricant.

Et une ou deux centrales expérimentales à  fusion nucléaire existeront déjà  en 2014 (même aujourd’hui, une petite mais véritable fusion nucléaire est présentée régulièrement par la General Electric, à  l’Exposition Universelle de 1964). De grandes centrales d’énergie solaire seront aussi en fonction dans plusieurs zones désertiques et semi-désertiques telles que l’Arizona, le Néguev ou le Kazakhstan. Dans les zones plus fréquentées, mais plus nuageuses et brumeuses, l’énergie solaire sera moins efficace. Une présentation à  l’Exposition Universelle de 2014 montrera des modèles de centrales énergétiques dans l’espace, collectant les rayons solaires à  l’aide d’immenses paraboles, renvoyant l’énergie ainsi collectée sur Terre.

Le monde d’ici 50 ans aura encore rétréci. à l’Exposition Universelle de 1964, la présentation de General Motors décrit, entre autres choses, des « usines de construction de routes » dans les tropiques et, plus près de chez nous, des autoroutes surchargées avec de long bus se déplaà§ant sur des voies centrales réservées. Il y a de fortes chances que l’utilisation de routes, du moins dans les régions du monde les plus avancées, aura passé son pic en 2014 ; l’intérêt se portera alors de plus en plus sur les transports réduisant au maximum le contact avec la surface terrestre. Il y aura l’aviation, bien sûr, mais les transports terrestres seront de plus en plus aériens (environ 50 cm au-dessus du sol). Les visiteurs de l’Exposition Universelle de 1964 peuvent s’y déplacer dans un « hydroptère », qui s’élève sur quatre pylônes et glisse sur l’eau avec un minimum de frictions. Ceci n’est sûrement que temporaire. En 2014, les quatre pylônes auront été remplacés par quatre jets d’air comprimé afin que le véhicule n’ait plus aucun contact avec les surfaces liquides ou même solides.

Les jets d’air comprimé serviront également à  soulever les véhicules terrestres au-dessus des routes, ce qui, entre autres choses, réduira les problèmes de pavage. Une terre damée ou une pelouse tondue feront tout aussi bien l’affaire. Les ponts auront aussi une moindre importance dès lors que les voitures seront capables de traverser l’eau à  l’aide de leurs jets d’air comprimé, bien que les arrêtés locaux décourageront cette pratique.

Beaucoup d’efforts seront consacrés à  la conception de véhicules munis de « cerveaux-robot » qui pourront être configurés pour une destination particulière et s’y rendront sans l’interférence des lents réflexes d’un conducteur humain. Je soupà§onne qu’une des attractions majeures de l’exposition 2014 sera la balade sur des petites voitures robotisées qui manoeuvreront dans la foule 50 cm au-dessus du sol, avec dextérité et en s’évitant automatiquement.

Pour les voyages de courte distance, des trottoirs mobiles surélevés (avec des bancs de chaque côté, des places debout au centre) feront leur apparition dans les sections du centre-ville. Le trafic continuera (sur plusieurs niveaux dans certains endroits) uniquement parce que tout les parkings seront hors voirie et qu’au moins 80 % des livraisons par camion seront effectuées dans des centres précis en périphérie de la ville Des tubes à  air comprimé transporteront biens et matériaux sur des distances locales, et les aiguillages qui achemineront les cargaisons spécifiques vers les destinations correspondantes seront une des merveilles de la ville.

Les communications se feront par visioconférence et vous pourrez à  la fois voir et entendre votre interlocuteur. L’écran, en plus de vous permettre de voir les gens que vous appelez, vous permettra également daccéder à  des documents, de voir des photographies ou de lire des passages de livres. Une constellation de satellites rendra possible les appels directs vers n’importe quel point de la terre, même la station météorologique en Antarctique (visible dans toute sa splendeur glacée sur le stand de General Motors en 64).

D’ailleurs, vous serez en mesure de joindre quelqu’un sur les colonies sélènes (sur la Lune), pour lesquelles General Motors présente une gamme de véhicules impressionnants (sous forme de maquettes) avec de larges pneus tendres prévus pour les terrains accidentés qui peuvent exister sur notre satellite naturel.

Quantités de conversations simultanées entre la Terre et la Lune pourront être facilement traitées par des faisceaux laser modulés, lesquels seront très faciles à  manipuler dans l’espace. Sur Terre, par contre, les rayons laser devront être enfermés dans des tubes en plastique pour éviter les interférences atmosphériques, problème sur lequel les ingénieurs continueront à  travailler.

Converser avec la Lune sera simple mais inconfortable à  cause des 2,5 secondes de délai entre les questions et les réponses (le temps nécessaire pour que la lumière fasse l’aller-retour). Le même genre de communication avec Mars prendra 3,5 minutes même lorsque Mars est au plus près de la Terre. Cependant, en 2014, seules des sondes téléguidées s’y seront posées, mais une expédition habitée sera en préparation et, dans le Futurama de 2014, on pourra trouver une maquette de colonie martienne élaborée.

Quant à  la télévision, des murs-écrans auront pris la place de l’équipement habituel, mais des cubes transparents feront leur apparition, dans lesquels la vision tri-dimensionnelle sera possible. En fait, une des présentations populaires à  l’Exposition Universelle de 2014 sera une télévision 3D, grandeur nature, dans laquelle on verra des spectacles de ballet. Le cube tournera lentement pour montrer la vision sous tous les angles.

Nous pouvons poursuivre indéfiniment cette joyeuse extrapolation, mais tout n’est pas aussi rose.

Article : par Isaac Asimov paru sur The New York Times,

Denis Eveillard


Article précédent :



Louisville Concours d'élégance 2013 ...
Article suivant :



Septembre 2013, News American Classic Drive ...


 
© 2010-2018 D. Eveillard - Tous droits réservés - Mentions légales