Chevrolet Impala SS Une légende à elle seule ...

Publié le 05.11.2010



       

 

 

Le prototype date de 1992, on est parti d'une Caprice Police package à cause de son châssis et de ses suspensions renforcées, les passages de roues arrières ont été modifiés et on lui a greffé un big block de 510ci (8.4l). L'accueil fût tellement chaleureux qu'il fût décidé de lancer la production en parallèlle à la gamme Caprice.Tout le monde connaît la Chevrolet Caprice, on ne la présente plus. Son dérivé sportif, l'Impala SS est moins connu sous nos cieux. Tout est parti d'un exercice de style et de la volonté de montrer ce que pourrait être la descendance des mythiques Impala SS des années 60.

 

 

C'est en 1994 que fût officiellement lancée l'Impala SS. Le modèle de série a quand même dû revoir ses prétentions sportives à la baisse par rapport au prototype, exit le big block, remplacé par un small block LT1 350ci (5.7l) dérivé de la Corvette. Et oui, dérivé, car le LT1 ne pouvait pas être repris tel quel car ce moteur ne délivre pleinement son couple et sa puissance qu'en haut régime dans la Corvette, et dans le cas d'une berline, le résultat n'aurait pas été acceptable.

Il a fallu remplacer les culasses en aluminium par d'autres modèles en fonte d'acier et réduire la levée des soupapes afin d'obtenir davantage de couple en bas régime. Il reste tout de même 260 chevaux sur les 300 de la Corvette mais cette valeur est purement théorique car dans la réalité la puissance estimée est supérieure à 300 chevaux.

Cela dans le but de ne pas effrayer les compagnies d'assurances (vieille coutume datant de l'époque des muscle cars). La transmission se fait par l'intermédiaire d'une boîte automatique à 4 rapports avec overdrive de type 4L60-E à gestion électronique, dérivée de la bien connue TH700R-4.

Le succès a été immédiat mais, en 1994, Chevrolet a limité sa production à 6303 unités à cause d'une rupture d'approvisionnement de jantes alu. L'Impala SS repose sur des roues de 17 pouces avec des pneus en 255/50x17. Pour sa 1ère année de commercialisation, la seule teinte disponible était le noir.

 

 

En 1995, les modifications sont mineures, les rétroviseurs extérieurs deviennent rabattables et sont installés plus en avant et 2 nouvelles teintes sont disponibles en plus du noir, le gris-vert foncé (dark green-gray) et le cerise foncé (dark cherry). Les ventes sont de 21434 unités pour ce millésime. A la fin de l'année 1995, la nouvelle tombe, 1996 sera la dernière année pour les berlines full-size de la General Motors, en effet, depuis quelques années, les ventes ne cessent de baisser et la firme souhaite consacrer ses usines à la fabrication de SUV comme les Tahoe et Suburban dont les ventes augmentent. On considère que l'avenir n'est plus aux berlines.

 

Il y a quand même des évolutions pour 1996, le shifter (sélecteur de vitesses) quitte la colonne de direction pour être installé sur la console centrale et le combiné d'instruments digital est remplacé par un affichage analogique. Tous les amateurs ayant eu vent de l'arrêt de production du modèle se précipitent pour acheter leur modèle préféré, les ventes explosent et atteignent 41941 unités pour ce dernier cru, dépassant les ventes de Caprice (27155). Les chaînes de montages s'arrêtent définitivement le 13 Décembre 1996.

 

Si vous voulez voir la galerie... Click Here.

 

 


L'Impala SS est, depuis son lancement, une voiture-culte, collectionnée depuis de début par les passionnés. Elle est, soit conservée "stock" (non modifiée), soit optimisée pour la rendre encore plus efficace. Ou sinon transformée en bête de drag-strips (avec parfois plus de 1000 ch). Certains modèles sont amoureusement conservés neufs et n'on jamais roulé. Les différents qualificatifs pour évoquer le modèle sont : hot-rod Caprice, 4 door Corvette, best Chevy ever la meilleure Chevy de tous les temps.

C'est dire le respect qui lui est accordé. Old soldiers never die...

 

 

 

 

Credit Photos : LIFE Magazine & Archives.

Jean François Bordes

Article précédent :



Le forum The Foudre est désormais ouvert ...
Article suivant :



La fin de la route pour Mercury ...


 
© 2010-2018 D. Eveillard - Tous droits réservés - Mentions légales