Cadillac Coupe de Ville 1990 ...

Publié le 15.08.2010



       

 

 

Cadillac est pour moi une vieille histoire d'amour,

Ma première Cadillac, cʼétait en 1955/56 : j'étais un petit Garçon déjà très amoureux des auto et tout particulièrement de mes Dinky Toys.

Ma Ville coloniale comptait quelques américaines comme on les aimait tant à cette époque : une belle Buick Roadmaster dont je me rappelle la magnifique livrée bordeaux si prisée dans le début des années 50. Cʼétait le noir d'aujourdʼhui ), des Mercury bicolores, quelques Pontiac ou Chevrolet et même une T.BIRD rouge. Mais tout de même pas de Cadillac dans les rues …

Ma Première Cadillac, cʼétait une berline ( SEDAN disait on ) vert clair et vert foncé dans la vitrine des jouets de Noël au magasin des Galeries de France. Belle , Belle belle ( sans doute une SCHUCKO à lʼépoque ) mais je sentais une voiture chère et donc pour moi sans doute aussi un jouet cher : je lʼai aimée et désirée secrètement et je nʼai pas osé demander à mon Grand Père de me lʼacheter ... Frustration ...
 

 

Puis les années sont venues véhiculant toutes les CAD des Polards et des films de lʼépoque et puis celles roses, dʼElvis Presley, mon idole, qui me faisaient rêver … Je nʼai jamais osé ...

Ma première je lʼai eu tardivement en 85 quand lʼarrivée du Bébé a fait abandonner les belles Italiennes qui mʼavaient consolé . Une SEVILLE, achetée dʼoccasion, blanche magnifique avec son arrière plongeant façon Mulliner Park Ward avec son énorme moteur. Mais elle nʼétait pas qu'a moi ; elle avait eu déjà un propriétaire et je voulais un amour exclusif. Celle ci je lʼai donc achetée neuve, que pour moi, après lʼavoir rencontrée sur un catalogue Cadillac que je mʼétais procuré D . sit comment : blanche, en faux cabriolet posant avec un pilote devant un petit jet privé ...  

 

 

Jʼen suis tombé immédiatement amoureux , je lʼai faite venir des USA avec toues les complications de lʼépoque, la francisation et les coût du Dollar affreux à lʼépoque. Mais depuis 21 ans maintenant, je ne lʼai jamais quittée et je lʼaime toujours comme au premier jour avec des soins jaloux et attentifs pour essayer de lui garder sa jeunesse et sa fantastique gaité.

Il faut dire aussi et cela avait été la surprise quʼelle mʼest arrivée avec lʼoption GOLD PLATED et qu'il n'a jamais été possible de la laisser le long dʼun trottoir ( les premières expériences ont été douloureuses et onéreuses car les vandales restent nombreux ) . Cela a dû tout de même aider ensuite à la conserver …

 

Si vous voulez voir la galerie, c'est par là

 

Credit Photos : Denis Eveillard.

Jean Pierre Terdjman


Article précédent :



Buick Riviera 1963 ...
Article suivant :



Chevrolet Caprice Sedan 1988 ...


 
© 2010-2018 D. Eveillard - Tous droits réservés - Mentions légales