A 102 ans, Margaret Dunning se tourne vers les concours suivants ...

Publié le 15.03.2013



       

 

 

Miss Margaret Dunning, est récemment revenue du Concours d'Elégance d'Amelia Island en Floride et en mai, elle prendra part au concours Keels and Wheels à Seabrook au Texas le 4 et 5 Mai 2013. Elle espère participer à la prochaine course Indy 500 et prendra la parole cet été à la réunion annuelle du Packard Club, qui se tiendra à Pontiac au Michigan.

Entre les deux, il y a des affaires philanthropique qui l'attendent, et elle va garder un oeil, comme d'habitude, sur le musée et la bibliothèque de Plymouth.

Bien qu'elle aille sur ses 103 ans en Juin - et son bien-aimée roadster Packard à 83 ans. Chacun a besoin de l'entretien et de préparation pour les maintenir en bonne forme.

 

 

En ce qui concerne la Packard, il y a une routine. Avant qu'elle ne soit transporté aux shows en dehors de son état, Mme Dunning et Dan Clements, un ami de plus de 20 ans, la revoie à fond. Il commence en dessous, nettoyage et polissage, puis les passages de roue. Après cela, ils nettoient le moteur, font briller le bloc, les piéces en aluminium. Ensuite, il y a le corps de la voiture. M. Clements cherche les endroits qui nécessitent une touche de peinture. Mme Dunning aide à polir, en particulier les phares et pare-chocs chromés.

« Vous remarquerez que Margaret ne permet jamais à personne de toucher le chrome, car elle sait que les empreintes digitales peuvent laisser des traces durables », a déclaré M. Clements, un employé de Roush Racing, qui travaille avec l'équipe des véhicules spéciaux à la Ford Motor Company.

L'intérieur est généralement le suivant. Les deux vont polir les touches en bois et le levier de vitesses en aluminium, et masser les sièges en cuir avec un liquide qui nettoie et adoucit. "Avant la garniture de couture ( passe poil ) était faite de tissu, et à moins que vous ne mettiez quelque chose sur lui, il finira par craquer", a expliqué M. Clements, qui a restauré et possède plusieurs voitures, dont trois Ford, une berline 1940, un pick-up 1942 et une Mustang 1965. « Aujourd'hui, il est fait de plastique, de sorte qu'il dure plus longtemps."

M. Clements termine généralement avec le toit de la voiture. « A un certain moment, nous emmenons la voiture à la station-service, avec seulement quelques litres car nous ne voulons pas de ballottement sur le camion à cause de l'essence", a-t-il dit. "Et nous avons la chance de voir comment il fonctionne."

Il explique que le processus prend environ une semaine, quelques heures après le travail, et finir le week-end. "Margaret et moi aimont parler alors que nous sommes de nettoyage, elle peut même vérifier les niveaux de liquide, puis nous allons dîner, » dit-il.

Parce que la Packard est si large et haute, il faut habituellement deux personnes pour la charger, a déclaré M. Clements qui, avec sa femme, Joanne, accompagnent habituellement Mme Dunning à des événements automobiles majeurs, où il est officieusement connu comme son maître.

 

Quand elle n'est pas à un spectacle, la Packard se trouve dans le garage à température contrôlée de Mme Dunning, avec trois Cadillac et une Ford 1931 non restaurée, qu'elle va montrer à Keels and Wheels. Elle est en exposition au Musée historique de Plymouth. "Parce que tout est d'origine, il faudra plus de travail à sa préparation », a déclaré M. Clements. "J'ai besoin de trouver un peu de peinture de retouche."

Mme Dunning reçoit de nombreuses invitations pour des salons, mais elle choisit avec soin. « Parfois, la localisations, ce n'est peut-être pas un endroit facile d'accès," dit-elle. » Ou, le moment est mal choisi. Mais si c'est un endroit ou vous êtes aller avant, et que vous connaissez les gens, vous êtes plus susceptible de les prendre en considération. "

Elle s'est fait de nombreux amis durant les deux dernières années. "Vous commencez à voir les mêmes personnes, et vous avez un thème commun de s'appuyer sur : vous avez tous l'amour des voitures. Puis une vie fonctionne dans l'autre. "

Mme Dunning avoue tout préparer à la dernière minute. « J'évite de m'y prendre plus tôt parce que vous ne savez jamais quel temps il va y avoir, car il peut faire frais même si elle est quelque part généralement chaud", a-t-elle dit, ajoutant qu'elle cache profondément un parapluie et un pare-soleil dans sa Packard afin qu'elle n'ai pas à les emballer.

Elle s'irrite si elle n'a pas obtenu de comptabilité personnelle avant qu'elle ne parte. Elle dispose de trois bureaux dans sa maison, chacun pour une tâche déterminée. « J'aime être à la minute près sur mes affaires, mais si je ne peux pas le faire, je vais déléguer ce quelque chose à quelqu'un d'autre pour que je n'ai pas à m'inquiéter à ce sujet," dit-elle.

Avant qu'elle ne se lève les jours de voyage, elle allonge sa routine d'étirement. « C'est utile pour me préparer », dit-elle avec un petit rire. "Je vérifie si tout fonctionne, et comment ça fonctionne." Puis elle prend son avoine quotidien.

 

Bien sûr, les voitures sont la principale attraction de l'événement. « J'aime ça, parfois, il y en a que je n'ai jamais vu avant, et si je sais qu'elles vont être là, je m'assure que je les vois," dit-elle.

"Vous n'avez jamais entendu parler de certaines de ces voitures, et elles vous font vibrer à mort pour trouver certaines d'entre eux."

Mme Dunning, qui conduit encore, a dit qu'elle continuerait son emploi aussi longtemps qu'elle en est capable.

« Je n'ai jamais pensé que j'étais à la retraite", a-t-elle dit. « C'est une vie merveilleuse, un monde merveilleux.

Je veux faire tout ce que je peux. "

 

 

Article : par Mary M. Chapman paru sur The New York Times,

Credit : Photos par JoAnne Clements & Richard Owen.

Denis Eveillard


Article précédent :



The Amelia Island Concours d'Elegance 2013 ...
Article suivant :



Mon Temps avec le cabriolet Tucker 57 par Chuck Derer ...


 
© 2010-2018 D. Eveillard - Tous droits réservés - Mentions légales